La classe au Théâtre

Les piéces ont eté representées par la troupe “C´est-pas-du-Jeu, Paris”

El día 11 de Febrero de 2016, la profesora de francés Feli Muro junto a otras dos profesoras de idiomas, nos acompañaron a Zaragoza para ver un teatro en francés que ya lo habíamos trabajado previamente en clase. Fue un teatro muy divertido y ameno que tenía muchas escenas cómicas. Aunque era un poco complicado, lo entendimos bastante bien. Fue una experiencia de mucho aprendizaje y sin duda, lo volveríamos a repetir.

Después del teatro, nos dejaron tiempo libre y nos llevaron a un centro comercial.

El espectáculo “DE QUOI PARLEZ-VOUS?  constaba de 4  obras cortas escritas por el dramaturgo francés Jean Tardieu:

-Finissez vos phrases! Deux anciens amants se retrouvent par hasard lors d’un bal costumé. Surprise, trouble, inquiétude, espoir… Suspendus à leur émotion, écartelés entre leurs hésitations et leur désir renouvelé, ils s’abordent avec prudence et laissent toutes leurs phrases en suspens. Bref, ils vont…enfin, peut-être…si toutefois…

-Ozwald et Zénaide. Cette petite pièce a pour objet d’établir un contraste comique entre la pauvreté des répliques échangéesà haute voix et l’abondance des «apartés». La pièce est parodie des aveux impossibles, où la parole est empêchée par égard pour l’autre.

-De quoi s’agit-il? Monsieur et Madame Poutre se rendent au tribunal pour porter plainte contre «lui» et en sa faveur. Le couple est incapable de déterminer la fonction du juge, l’appelant «mon père» ou «Monsieur le proviseur…». Leur acharnement à transformer son identité finit par contaminer le magistrat qui, troublé, dérape et perd pied. Entre incompréhension, colère et résignation, la communication tourne en rond à force de malentendus sur l’objet du litige au sein du couple.

-Le guichet. L’administration, figée et angoissante, devient, dans l’espace d’un bureau de gare, un lieu écrasant et oppressant. A la froideur des employés s’opposent l’incohérence et la fragilité d’un client qui rate son entrée, hésite sur sa destination, se montre incapable de donner son nom ou son âge. Chacun à sa manière est responsable du drame en train de se jouer : l’un par timidité et manque de précision, l’autre par manque d’humanité.

Nous nous sommes bien amusées. Nous avons trouvé Le espectacle suberbe. Nous avons três envie de revoir une autre pièce em français.

Laura Tella y Violeta Asín (3º ESO)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *